Démaquillage, le premier rituel beauté

Démaquillage, le premier rituel beauté
Quand on sait que la peau attend la nuit pour souffler des combats menés dans la journée, on mesure mieux l’importance de la démaquiller pour la laisser respirer !
Au service de notre mise en beauté, le maquillage recèle des trésors dont nous aurions tort de nous priver. Grâce au fond de teint, notre carnation s’unifie et s’illumine. Le blush sculpte nos pommettes et apporte sa touche bonne mine. Sous les fards et mascaras, le regard s’intensifie et pétille. Les gloss et sticks colorés, quant à eux, rendent nos lèvres belles à croquer. Jour après jour, ces jeux d’artifices subliment nos visages et renforcent notre pouvoir de séduction. 
 
LE REVERS DE LA MEDAILLE
 
Hélas, si on ne met pas autant de sérieux à ôter le maquillage le soir que d’entrain à s’en parer le matin, notre peau risque de le payer cher. Car, au fil des heures, les fards si joliment colorés, le sébum, les cellules mortes, les particules de poussière et de pollution s’amalgament à la surface de l’épiderme. Si elle n’est pas éliminée avant le coucher, cette pellicule de salissures asphyxiera la peau et l’empêchera d’accomplir son cycle de réparation nocturne. 
 
LE REPOSE DE LA GUERRIERE
 
Programmée pour s’adapter à nos modes de vie, la peau possède un système d’autogestion – l’homéostasie épidermique. Pendant la journée, il lui permet de se barricader contre les attaques de l’environnement et du climat. En mode défense, les cellules produisent du sébum pour renforcer le film hydrolipidique qui fait office de bouclier. La nuit, en revanche, est consacrée à réparer les dégâts diurnes. Pendant cette phase dite de « cicatrisation », les pores se dilatent et les cellules se renouvellent.
 
TEINT NE POUR MORPHEE
 
Si, avant de rejoindre Morphée, on ne nettoie pas soigneusement la surface de son épiderme, les salissures et les bactéries qui le recouvrent vont allègrement y pénétrer. Le voile qu’elles forment ne se contentera pas de froisser les traits et de rendre le teint couleur bitume. Ces impuretés provoqueront également des boutons et des points noirs. Encrassée, la peau peinera aussi à respirer. En manque d’oxygène, les cellules n’arriveront pas à se régénérer correctement. Et le ralentissement de leur production entraînera fatalement une accélération du ­vieillissement cutané.
 
 
JUSQU’À LA POINTE DES CILS
 
Ce n’est pas parce que le soupçon de fard à paupières et le brin de mascara mis à la hâte le matin se sont estompés qu’il faut se croire dispensée de démaquillage. Les pigments des fards à paupières sont conçus pour « tenir » 12 heures. Ensuite, ils se dégradent et se mélangent au film hydrolipidique, tout comme les particules de mascara. Or, la peau des paupières et du contour des yeux est très fine ; elle se ride d’autant plus facilement si on ne la débarrasse pas de ses impuretés.

 
Véronique AIACHE


Bien-Être & Santé
Octobre 2016