Traiter ou se désensibiliser

Traiter ou se désensibiliser
En cas d’asthme, un traitement est nécessaire pour mener une vie normale et empêcher une aggravation. En cas de rhinite saisonnière aussi, pour ne plus passer plusieurs mois par an un mouchoir à la main et éviter le passage à l’asthme.
Pourtant, déplore le Pr Pascal Demoly, pneumo allergologue au CHRU de Montpellier « les patients consultent tardivement un allergologue, en moyenne 6 à 7 ans après le début de leur allergie ». Les enfants souffrant de rhinite allergique ou d’asthme peuvent être désensibilisés à partir de l’âge de 5 ans.
 
 
QUEL TRAITEMENT?

Les médicaments permettent souvent de vivre normalement.

Pendant les crises : antihistaminiques, bronchodilatateurs inhalés d’action rapide, corticoïdes par voie locale, pour les crises graves.

Traitement de fond : corticoïdes inhalés et bronchodilatateurs de longue durée d’action, antileucotriènes et collyres spéciaux en cas de conjonctivite associée.
 

PISTER L'ALLERGENE

Il est toujours intéressant de connaître l’allergène en cause, pour éviter les contacts quand c’est possible ou entreprendre une désensibilisation.

Trouver le coupable
Pour ce faire, l’allergologue procède à des prick-tests, petites scarifications indolores permettant de faire pénétrer une goutte des allergènes soupçonnés.

Désensibiliser ensuite
Une fois les responsables trouvés, une désensibilisation est parfois possible. Elle consiste à administrer, le plus souvent par voie sublinguale, de petites doses de l’allergène pour habituer l’organisme à le supporter, en gouttes ou en comprimés.
 

LES COMPRIMES, UN PROGRES

Phléole des prés
Quand les antibiotiques et/ou les corticoïdes sont insuffisants, un premier traitement de désensibilisation en comprimés sublinguaux, destiné aux personnes souffrant de rhinite allergique aux pollens d’une seule graminée (phléole des prés), est commercialisé depuis 2011.

Cinq graminées
Depuis janvier, d’autres comprimés à laisser également fondre une minute sous la langue sont disponibles en France.
Ils contiennent des extraits de 5 graminées très fréquentes. Commencer le traitement 4 mois avant le début de la saison pollinique, avec un comprimé par jour, et le poursuivre jusqu’à la fin de celle-ci. Pour un effet renforcé, recommencer l’année suivante.
 


LIMITER LES RISQUES

Pas facile d’éviter les allergènes responsables mais, à la maison, des gestes simples permettent de réduire le nombre et la sévérité des crises.

Aérer au moins 10 minutes
Tôt le matin (quand le taux de pollens est le plus bas) pour renouveler et assainir l’air. Davantage en cas d’activités générant de l’humidité ou des polluants (ménage, bricolage).

Ventiler
Ne pas obstruer grilles d’aération et bouches d’extraction. Installer une ventilation dans la cuisine, la salle de bains et les toilettes.

Ménage fréquent
Passer l’aspirateur 2 fois par semaine, choisir des produits naturels (savon noir, bicarbonate de soude, vinaigre blanc, javel mélangé à de l’eau froide…). Utiliser des gants en vinyle, pas en latex.
 
 
SOS AUX ACARIENS !
 
Supprimer de son habitat les acariens et leurs déjections, très allergisantes, est impossible, mais quelques précautions permettent de lutter contre l’envahissement.
 
Évitez de surchauffer : 20 °C au maximum, et 18-19 °C dans les chambres.
 
Limitez l’humidité qui favorise aussi la prolifération des acariens ; taux maximum conseillé, entre 40 et 50 % mesurés avec un hygromètre.
 
Adoptez sommier à lattes et housses antia
cariennes certifiées, avec fermeture éclair.
 
Lavez souvent draps, taies, couettes, oreillers, rideaux et peluches à 60 °C. Secouez les textiles non lavables en plein air, de préférence au soleil car les UV empêchent la multiplication des acariens.
 
Préférez fauteuils et canapés en cuir ou en simili, et coussins en matière synthétique, faciles à laver.

EVELYNE GOGIEN
Mars 2014


Bien être et Santé