Soyez vigilant !

Soyez vigilant !
Qui dit voyage dans un pays lointain et chaud dit souvent coups de soleil et tourista. Quelques précautions permettent d'éviter ces désagréments.
Ne partez pas sans une bonne crème solaire adaptée à votre type de peau, toujours d'indice de protection élevé sous les Tropiques, et pensez à l'appliquer plusieurs fois par jour. Sinon gare au coup de soleil et à l'insolation. Évitez de vous exposer trop longtemps et aux heures les plus chaudes. Ne vous croyez pas complètement protégé par un parasol : le sable, comme la mer, réfléchit les ultraviolets. Soyez particulièrement vigilant avec les enfants. Prévoyez aussi des lunettes de soleil efficaces pour toute la famille et, comme le recommande l'Association nationale pour l'amélioration de la vue, portez-les dès le matin, même par temps couvert. Les kératites, autrement dit les coups de soleil de l'œil, sont fréquentes…
 

NON A LA TURISTA !

Autre ennemi du voyageur occidental : la tourista, une infection bactérienne digestive, transmise par l'eau et les aliments contaminés, qui survient en général au début du voyage. Diarrhées à répétition, nausées, douleurs abdominales, fièvre parfois… Les symptômes sont gênants et mettent KO.

Pour éviter ce désagrément :


lavez-vous souvent les mains, systématiquement après chaque repas et chaque passage aux toilettes.
Ne consommez (immédiatement si possible) que des aliments bien cuits, préparés sous vos yeux et servis chauds.
Ne buvez que des boissons en bouteilles capsulées ouvertes devant vous, sans glaçons. Pelez les fruits et renoncez aux coquillages, crustacés et glaces. 


BÉBÉ VOYAGEUR

Partir en vacances avec un bébé, a fortiori dans un autre pays, exige une bonne préparation. Prévoir une trousse à part contenant :


du paracétamol pédiatrique en suspension buvable (avec seringue pour faciliter la prise) ou en sachets adaptés au poids de l'enfant ;
du sérum physiologique en dosettes pour le nez et les oreilles ;
un thermomètre incassable, auriculaire ou frontal à infrarouges, plus pratique ;
un gel buccal antalgique si bébé fait ses dents ;
des sachets de réhydratation orale (en pharmacie) en cas de diarrhée ;
des boules à la citronnelle à accrocher au berceau ou à la poussette, des stickers ou des bracelets qui diffusent de la citronnelle pendant 2 à 3 jours, un répulsif antimoustiques spécial enfants (à partir de 6 mois) ;
une moustiquaire ;
une crème ou un gel pour apaiser les piqûres. 

VOYAGER AVEC UNE MALADIE CHRONIQUE

Aujourd'hui c'est possible, à condition tout de même de bien choisir sa destination et de prendre quelques précautions.
 
Maladies cardiovasculaires
La plupart n'interdisent pas les voyages si elles sont stabilisées par les médicaments. Par prudence, faites un bilan complet (échographie, ECG, voire épreuve d'effort) avant de partir, en particulier en avion. Évitez les pays trop chauds et trop froids. Si vous portez un stimulateur cardiaque, signalez-le aux services de contrôle des aéroports avant de passer sous les portiques détecteurs de métaux.
 
Diabète insulinodépendant
Si vous partez en avion, demandez à votre médecin une ordonnance autorisant le transport d'insuline, du matériel d'injection et d'autosurveillance en bagage à main. Tenez compte des décalages horaires pour ajuster les doses d'insuline ou d'hypoglycémiant et les heures d'injection. Pendant le voyage et le séjour, contrôlez régulièrement votre glycémie.
 
Asthme, allergie
Fuyez les logements humides et poussiéreux, ouverts seulement l'été, ce sont des nids à acariens. Préférez les hôtels et locations modernes aux sols carrelés. Les séjours dans des grandes villes polluées comme Mexico, Pékin ou Athènes ne sont pas recommandés mais pas contre-indiqués, moyennant un renforcement du traitement de fond. En avion, gardez avec vous une trousse contenant les traitements nécessaires en cas de crise, au besoin de l'adrénaline injectable (avec un certificat justifiant son transport, si nécessaire en anglais).
 
Insuffisance rénale
De nombreuses stations balnéaires proposent des séjours dans des hôtels spécialement équipés. Il existe aussi des croisières destinées aux insuffisants rénaux, à bord de bateaux équipés de matériel de dialyse, mais dans les deux cas il faut réserver plusieurs mois à l'avance. En France, il faut également envoyer son dossier bien à l'avance au centre de dialyse le plus proche de son lieu de vacances.
 

AU RETOUR

Si vous avez pris un traitement préventif contre le paludisme pendant votre séjour, n'oubliez pas de le poursuivre au retour. Certains doivent se prendre encore 3 ou 4 semaines, un autre pendant 1 semaine. Demandez à votre pharmacien si vous avez un doute.


Une consultation s'impose si vous avez eu un problème de santé inquiétant pendant le voyage : diarrhée sanglante, glaireuse ou purulente, fièvre et/ou fatigue persistante, problèmes de peau, douleurs au niveau du foie, teint jaune…Ou si vous avez été soigné dans un pays à l'hygiène précaire (points de suture, soins dentaires).

En cas de maladie chronique, mieux vaut faire un bilan chez votre médecin traitant, notamment en cas d'aggravation. 


À SAVOIR SUR LE WEB

www.pasteur.fr: les fiches de l'Institut Pasteur sur les maladies infectieuses et tropicales à redouter selon les pays sont très complètes : causes, transmission, symptômes, traitements ou moyens de prévention.

www.diplomatie.gouv.fr: le ministère des Affaires étrangères actualise en permanence son site pour donner des conseils pratiques aux voyageurs, pays par pays, et des informations pour préparer un voyage.
 

EVELYNE GOGIEN
Août 2014


Bien être et Santé