Soigner, soulager l’arthrose

Soigner, soulager l’arthrose
La douleur est la principale manifestation de l’arthrose. Cela dit, une articulation douloureuse peut signaler une autre pathologie.
J’ai des douleurs, J’ai des rhumatismes… deux plaintes fréquentes qui, dans le langage courant, désignent le plus souvent de l’arthrose. En réalité, les rhumatismes regroupent toutes les maladies qui touchent l’appareil locomoteur, c’est-à-dire les os, les articulations, les muscles et les tendons. Une articulation est une zone où deux extrémités osseuses, recouvertes de cartilage, se rencontrent, permettant ainsi le mouvement. Elle est délimitée par la membrane synoviale sécrétant le liquide synovial qui la lubrifie. Autour de l’articulation se trouvent les ligaments et les muscles amarrés sur les os par les tendons.

Les principaux rhumatismes sont ainsi l’ostéoporose (quand l’os est touché), l’arthrose (le cartilage), la tendinite (le tendon) et l’arthrite (la membrane synoviale). L’arthrose est le plus banal des rhumatismes mais, même si cette maladie du cartilage, ou chondropathie, est très fréquente, et de plus en plus en prenant de l’âge, il ne faut pas lui attribuer toutes les douleurs, lesquelles cachent des situations très différentes les unes des autres.

N’hésitez pas à en parler dans un premier temps à votre pharmacien. En vous posant quelques questions, il peut se faire une idée de l’origine de vos douleurs et, selon les cas, vous proposer un remède adapté ou vous conseiller de consulter un médecin qui fera le diagnostic.

Une fois identifiée, l’arthrose peut être soulagée et freinée par des médicaments et aussi une meilleure hygiène de vie.  


PRINCIPAUX SYMPTÔMES

• Douleur
L’articulation du genou fait mal en montant un escalier, la hanche en s’accroupissant… La douleur, variable d’une personne à l’autre, est déclenchée par le mouvement, s’aggrave au fil de la journée et s’atténue au repos mais, si l’articulation malade est utilisée de manière trop intense, elle peut être douloureuse même la nuit.

• Raideur
Autre signe fréquent de l’arthrose : on se sent rouillé, notamment au saut du lit, et il faut de quelques minutes à quelques heures avant de retrouver un peu de souplesse.

• Craquement
C’est le troisième symptôme caractéristique : ça craque aux genoux et aux mains surtout. Le bruit, parfois impressionnant, s’explique par le frottement des deux os de l’articulation dont le cartilage n’assure plus son rôle d’amortisseur.  


CARTILAGE EN DANGER

Le cartilage est un gel souple qui, normalement, assure le glissement et la mobilité des extrémités des os entre eux en se régénérant. L’arthrose est due à un déséquilibre entre le mécanisme d’élimination des débris de cartilage usé et la réparation par des cellules spécialisées, les chondrocytes. Le cartilage perd alors son élasticité, se fissure, s’amincit ou même disparaît. Plus on vieillit, plus on risque de souffrir d’arthrose. Mais d’une part le cartilage est un tissu en perpétuel renouvellement, y compris chez les seniors ; d’autre part, l’arthrose peut se développer chez une personne plus jeune en cas d’anomalies biologiques du cartilage. Outre l’âge, il existe d’autres facteurs comme un terrain génétique, des traumatismes articulaires, des microtraumatismes professionnels répétés et le surpoids.  


POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

Une enquête mondiale sur la polyarthrite rhumatoïde (« Join the fight ») a été menée par le laboratoire AbbVie. La connaissance de la maladie semble insuffisante : 3 malades sur 5 considèrent que tant qu’ils ne souffrent pas, leur maladie est sous contrôle. C’est faux ! Au-delà de la gestion de la douleur et des gonflements : il faut prévenir par un traitement de fond (biothérapie) précoce les destructions articulaires car elles sont ensuite irréversibles. L’enjeu de la prise en charge est la mise en place d’un plan personnalisé de suivi pour viser la rémission : 90 % des malades le souhaitent. Le patient doit savoir évaluer l’évolution de sa maladie, de sa qualité de vie et en faire part à son rhumatologue.


AVIS D’EXPERT

Dr Stéphane Cascua, Médecin du sport, Centre de formation du Paris Saint-Germain.

«  Le mouvement est indispensable à la vie du cartilage. »

Le cartilage n’est pas vascularisé, mais puise dans les substances nutritives de l’os sous-jacent. Ce qui n’est rendu possible que par les variations de pression induites par les déplacements articulaires. De surcroît, roulements et glissements permettent de lisser la surface cartilagineuse. Le maintien prolongé d’une position favorise la formation de nids-de-poule, responsables de gênes et de dérouillages articulaires.

Quelles pratiques sportives sont nuisibles aux articulations ?
Celles qui cumulent de nombreux impacts et des changements de direction : sports de ballon, raquette ou combat. Plus généralement, pratique intensive, blessures et anomalies morphologiques favorisent l’usure du cartilage.

Comment nourrir et protéger le cartilage ?
En adoptant une alimentation équilibrée : fruits et légumes pour lutter contre l’oxydation et l’acidité, nuisibles aux articulations ; produits laitiers et poissons gras pour le calcium et les oméga 3 qui solidifient les os, socle sensible du cartilage. Certains compléments nutritionnels, notamment à base de plantes, participent à la santé articulaire.                            
 

ASSOCIATION

ANDAR, association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde. Informe, facilite le dialogue avec les professionnels de santé, soutient la recherche.149, avenue du Maine, 75 014 Paris. 0 800 001 159  (n° vert, appel gratuit). Site web www.polyarthrite-andar.com


À SAVOIR

CURE DE 6 JOURS - Nouveauté à Royat : des semaines santé Arthrose des mains et Arthrose du rachis, avec 4 soins spécifiques par jour, pour ceux et celles qui n’ont pas 18 jours à consacrer à une cure thermale classique. A partir de 240 €, non pris en charge.


Sophie ALBANEL
Octobre 2013

Bien être et Santé