Obésité infantile

Obésité infantile
Dans les années 1990, l’obésité touchait plus d’un enfant sur 10 chez les 5-12 ans. Ces chiffres n’ont pas augmenté ces dix dernières années. Mais cette stabilisation globale cache des inégalités : les familles les plus défavorisées demeurent les plus touchées par le surpoids.


Quels sont les risques pour la santé d’un enfant en surpoids ?

La souffrance psychologique de l’enfant en surpoids est réelle. Moqueries et rejets handicapent sa vie sociale et souvent ses résultats scolaires, compromettant son développement psychologique. Il peut avoir des comportements de défense, se mettre en situation d’échec, ou s’installer dans un cercle vicieux en se réfugiant dans les aliments sucrés et gras, dans le grignotage.

Les problèmes au niveau des articulations (hanches, colonne vertébrale, genoux…), au niveau de la respiration (gêne à l’effort, apnée du sommeil…) et les troubles du métabolisme en cas d’obésité sévère prolongée et installée (hypertension artérielle, cholestérol…) peuvent être les principaux symptômes physiques liés au surpoids.
 

Quelles sont les causes du surpoids?

Les facteurs génétiques peuvent être la cause d’une surcharge pondérale. Toutefois dans la plupart des cas, les changements de modes de vie sont à l’origine des problèmes de surpoids. En effet, l’opulence alimentaire et une alimentation insuffisamment variée, avec peu de légumes et de fruits, trop d’aliments industriels et de grignotage, de boissons sucrées peuvent causer des problèmes de poids.
Néanmoins, le manque d’exercice physique et la sédentarité sont les principales causes de l’obésité de l’enfant. Dans nos pays industrialisés, on ne mange pas tellement plus, mais on se dépense moins, passant chaque jour des heures devant ordinateur, la console de jeux ou la télévision !
 

Comment surveiller le poids de son enfant ?

Le rapport taille/poids s’exprime par l’IMC, indice de masse corporelle, calculé en divisant le poids en kilos par la taille en mètre multipliée par elle-même : IMC = poids/taille2
Par exemple, Arthur a 6 ans, il pèse 30 kg et mesure 1 mètre 20. Son IMC correspond à 30/(1.20*1.20) = 20.8.
Avec un IMC à plus de 20, Arthur présente un surpoids.

 
Pour vérifier l’IMC de votre enfant, reportez-vous à la courbe âge/IMC, vous la trouverez dans son carnet de santé. N’hésitez pas à demander à votre pharmacien de contrôler ensemble les mesures.
 

A qui s’adresser lorsque son enfant est en surpoids ?

Le surpoids est un sujet complexe, notamment chez l’enfant. Il est rare que le surpoids disparaisse spontanément. Il est donc important de diagnostiquer le surpoids et d’agir très tôt pour que l’enfant retrouve à l’âge adulte un poids normal. Pour cela, des professionnels de santé sont présents pour vous aider. La prise en charge sera le plus souvent pluridisciplinaire associant pharmacien, diététicien, psychologue sous la coordination du médecin traitant ou pédiatre.
L’objectif est d’aider l’enfant à grandir en stabilisant son poids, en ayant les bons réflexes d’hygiène de vie, en pratiquant régulièrement une activité physique et en diminuant la sédentarité.
Les régimes stricts ou hypocaloriques sont déconseillés. Ils sont très mauvais pour le développement de l’enfant et inefficaces à long terme.
 

Points clés pour un bon équilibre alimentaire et une bonne hygiène de vie


Un bon petit-déjeuner avec des tartines, un produit laitier, un fruit, un peu de beurre, de chocolat ou de miel.
Prenez les repas à table, en famille, en essayant d’éteindre la télévision.
Associez votre enfant à la préparation des repas, il acceptera mieux les changements et la diversification de son alimentation.
Limitez l’accès au réfrigérateur, les friandises, les sucreries.
Équilibrez et variez les menus, avec légumes verts, fruits et peu d’aliments industriels.
Apprenez-lui à bien mâcher et à apprécier le goût des aliments.
Donnez-lui de l’eau à boire. Les sodas et les jus de fruits sont à proposer lors d’occasions festives.
Evitez le grignotage entre les repas.
Réduisez la sédentarité en limitant le temps passé devant la télévision, l’ordinateur ou la console de jeux.
Faites-lui choisir une activité physique qui lui plaît pour qu’il pratique au moins une fois par semaine en plus de l’école et faites l’activité avec lui!
Ne pas négligez l’activité physique au quotidien, indispensable pour équilibrer les apports caloriques et les dépenses de l’organisme. Elle favorise croissance, immunité et apprentissage notamment scolaire.
Evitez d’utiliser la poussette ou la voiture pour aller à l’école, cherchez du pain à pieds, privilégiez plutôt la marche à pied, le roller ou le vélo et empruntez les escaliers plutôt que l’ascenseur !
Une bonne nuit de sommeil participe également à la bonne hygiène de vie de votre enfant.
L’enfant peut manger de tout en quantité limitée pendant les repas en pratiquant une activité physique régulière et en limitant la sédentarité. Donnez le bon exemple ! 
Vous trouverez de précieux conseils alimentaires sur le site de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) www.inpes.sante.fr
 

Focus sur les aliments sains !


Céréales et légumes secs sont une excellente source de sucres complexes, mais aussi de protéines s’ils sont associés au repas. Les sucres rapides, bonbons, sucre de table, confitures, etc. sont à consommer avec modération. La recommandation « cinq fruits et légumes par jour » est particulièrement importante pour l’enfant ou l’adolescent.
Chez l’enfant, les produits laitiers apportent protéines et calcium.
Pour un apport idéal de protéines, variez ! Viande (de préférence blanche), mais aussi poissons, produits de la mer, oeufs, ou encore protéines végétales comme le tofu.
Les matières grasses sont indispensables à nombre de fonctions biologiques y compris celles du cerveau. Du beurre cru en quantités modérées et huiles végétales (olive, colza, noix, sésame...) si possible vierges. Attention aux graisses cachées dans les aliments industriels, lisez les étiquettes ! 


Astuce : Votre enfant est difficile?

Variez les présentations, les cuissons. Par exemple : décorez l’assiette avec lui, proposez-lui des légumes en potages, découpez les fruits en fleurs, en personnages, camouflez en introduisant des légumes à des pâtes ou du poisson dans une purée !
 
Document réalisé en partenariat avec Réseau de Prévention et de prise en charge de l’Obésité Pédiatrique en
Haute-Normandie