Les 4 super-pouvoirs de la ruche

Les 4 super-pouvoirs de la ruche
Le miel n’est pas que délicieux. Ses vertus thérapeutiques sont connues depuis l’Antiquité. Les autres produits de la ruche, seuls ou associés, sont tout aussi essentiels pour nous maintenir en forme. La preuve par 4.
Avec l’apicultrice Catherine Ballot-Flurin, « remercions les abeilles et protégeons-les. Ce petit peuple est le seul à faire de l’or – le miel qui est à la fois une nourriture et un soin – sans jamais nuire à l’environnement. Les abeilles ont beaucoup à nous apprendre pour notre santé, notre beauté et le sens de notre vie. » En les observant, les Anciens ont vite découvert que quatre substances de base suffisent aux abeilles pour se soigner et perpétuer leur espèce : miel, propolis, gelée royale et pollen, les 4 forces de la ruche. Issue de savoirs millénaires, l’apithérapie, la médecine des abeilles, est devenue une discipline reconnue dans le monde entier. Le miel-médicament est entré dans les hôpitaux ou dispensaires anglais et allemands. En France, principe de précaution oblige, seulement une dizaine de CHU pionniers lui font confiance. Pourtant la découverte de la stérilité du miel date de 1906.


1. Le miel pansement

Après avoir démontré qu’une micro-goutte de miel détruisait des staphylocoques dorés, le Pr Descottes introduit dès 1984 l’apithérapie au CHU de Limoges dans son service de chirurgie viscérale. Précurseur, il obtint des résultats sans précédent sur des lésions infectieuses abdominales et des plaies chirurgicales. L’OMS recommande le miel sur des plaies aiguës ou chroniques (escarres, ulcère diabétique). Le miel réduit le temps de cicatrisation. Polyvalent, il est antiseptique, anti-inflammatoire, antioxydant, hémostatique. « Surtout les miels de thym, lavande et châtaignier, précise Catherine Ballot-Flurin. Chacun a des propriétés liées aux huiles essentielles des fleurs butinées. Du miel de thym ou de lavande sur une plaie infectée mais, sur une saine, plutôt de châtaignier dont les éléments minéraux aident la peau à se reconstituer rapidement. » L’apicultrice a adapté le miel médical à l’usage familial en créant Pansamiel® (obtenu selon la charte de l’Apiculture douce®), disponible en officine.

2. La propolis, anti-infectieuse

Les abeilles fabriquent ce mastic à partir de résines et baumes récoltés sur les bourgeons des arbres. Elles en tapissent toute la ruche pour l’assainir, l’aseptiser et la protéger des microbes. Cette gomme brun-rouge très riche en flavonoïdes antioxydants (40 identifiés), vitamines A et B, et en oligo-éléments est antiseptique, antibactérienne, antifongique. Stimulante du système immunitaire, la propolis, souvent associée à du miel, fait merveille sur les nez et les gorges fragiles mais aussi en cas d’infection cutanée (spray oral Aroma Celte, spray nasal Ballot-Flurin, sirop gorge Phytosun Arôms, gélules Elusanes).

3. La gelée royale, le nec(tar) plus ultra régénérant

Ce complexe de principes actifs, de nutriments, de concentrés vitaminiques est sécrété par les abeilles de la nurserie pour nourrir la reine et ses larves. Ce super-lait la rend très féconde (2 000 œufs par jour) et lui permet de vivre très longtemps. La gelée royale est un breuvage unique dans la nature. Reconstituant, il renforce le système immunitaire (grâce à la gammaglobuline), prévient les infections et ralentit le vieillissement. Du coup, la cure de gelée royale est recommandée lors d’asthénie, de troubles hormonaux de la puberté ou de la ménopause. Elle se présente sous forme lyophilisée ou en poudre, en ampoules ou en seringue doseuse. Il est indispensable que cette gelée soit pure à 100 % au moment de son utilisation, certificat d’origine et de qualité à l’appui.

4. Le pollen, tonifiant

Les abeilles le rapportent à la ruche sous forme de pelotes accrochées à leurs pattes. Il est réservé aux ouvrières qui ont besoin de force tant elles s’activent. D’une teneur en protéines très élevée, cet aliment complet est très concentré en acides aminés, enzymes et autres micronutriments bénéfiques à nos cellules. En cas de fatigue passagère ou de convalescence, il dynamise l’état général à raison d’une cuillère à soupe par jour avec du miel pour masquer son goût un peu fort. Ou en stick à saupoudrer dans les plats mais en fin de cuisson, le chauffer lui ferait perdre ses propriétés.


En savoir plus
• Un livre : L’Apithérapie, de Catherine Ballot-Flurin, coll. Eyrolles Pratique, 152 p., 2e éd. (2014), 10 € (ou 6,99 € en ebook).
• Un site, celui de l’Association francophone d’apithérapie : www.apitherapiefrancophone.com


DOMINIQUE THIBAUD


Juin 2016
Bien-Être & Santé