Le ronflement

Le ronflement
Surtout gênant pour l’entourage, le ronflement est en général bénin. Mais il peut aussi signer un syndrome d’apnée du sommeil
qu’il faut absolument diagnostiquer et traiter.
Nos muscles se relâchent quand nous dormons. Chez certaines personnes, la décontraction des muscles de la langue et des tissus mous du palais et de la gorge entraîne une obstruction au passage de l’air. Ils se mettent alors à vibrer lors de l’inspiration, ce qui cause le ronflement.


UNE APNÉE ASSOCIÉE ?

Parfois, l’obstruction du pharynx est complète et provoque un arrêt respiratoire. C’est ce qu’on appelle une apnée du sommeil. Elle peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes et elle peut se répéter plusieurs dizaines de fois par nuit. On parle alors de syndrome d’apnée obstructive du sommeil. Les personnes qui en souffrent n’en sont généralement pas conscientes. L’entourage doit donc être très vigilant. L’apnée entraîne une fatigue et une somnolence durant la journée et est associée à des risques accrus d’hypertension et de maladies cardiovasculaires. Dans ce cas, il est nécessaire de consulter un médecin : le traitement de référence est la ventilation par pression positive continue.


LES FACTEURS AGGRAVANTS

La fréquence du ronflement augmente avec l’âge, conjointement à la perte de tonus des tissus. Il existe des facteurs aggravants du ronflement : un surpoids, des polypes dans les voies nasales, des amygdales trop volumineuses, une congestion nasale (rhume, allergie…). Sans oublier la prise d’alcool, de somnifères ou de tranquillisants qui augmente le relâchement des tissus.  


DES TRAITEMENTS EXISTENT

Des solutions anti-ronflement sont disponibles en pharmacie.
* Sprays et pastilles à sucer : leur principe consiste à lubrifier le nez ou la gorge pour minimiser les vibrations. Ils contiennent généralement des extraits végétaux. Ils ne peuvent être efficaces que sur un ronflement léger.
* Bandelettes nasales : elles se placent à l’extérieur du nez et augmentent l’ouverture des narines pour faciliter la respiration. Elles sont surtout indiquées en cas de problème de congestion nasale.
* Les orthèses d’avancée mandibulaire : elles permettent de maintenir doucement la mâchoire inférieure en position avancée pendant le sommeil et de libérer ainsi le passage de l’air au niveau du pharynx. Elles peuvent être auto-adaptables ou réalisées sur mesure.
On recourt à la chirurgie dans certains cas, lorsque le retentissement est très important sur la qualité de vie.


LES MESURES PREVENTIVES

*  Éliminer un surpoids.
* Cesser de fumer.    
*  Ne pas consommer d’excitants (café, thé, boissons à base de cola) à partir de la fin de l’après-midi.
* Éviter de boire de l’alcool dans les 4 heures précédant le coucher ou de prendre des somnifères.
* Prendre un dîner léger.
* Dormir sur le côté ou, mieux, sur le ventre.
* Soutenir le cou et la tête par un oreiller.


BON A SAVOIR

Un appareil à pression positive continue vous a été prescrit ?
Il est très important de l’utiliser quotidiennement et pendant toute la durée du sommeil, y compris au cours des siestes.
L’appareil propulse l’air dans les voies respiratoires par l’intermédiaire d’un masque facial. Le choix de ce dernier, qui doit être bien adapté et confortable, est essentiel au succès du traitement.


CHRISTINE FALLET

Bien-Être et Santé
Novembre 2015