Halte aux virus

Halte aux virus
Quand il fait froid, le système de défense de l'organisme baisse la garde. Son bon fonctionnement dépend de notre hygiène de vie. Trop d’alcool, de stress, de pollution compromettent notre santé globale.
Plus le corps est actif, plus le système immunitaire est efficace. L'activité physique et l'oxygène sont des alliés pour stimuler nos défenses. Même si le froid vous paralyse, inscrivez une activité de plein air à votre programme journalier (jogging, marche, vélo).La relaxation a aussi un effet positif, elle aide à résister aux éléments perturbateurs de notre environnement et à éliminer les tensions. Pour optimiser les défenses de la sphère ORL (nez, gorge, bronches) il convient d’aérer les pièces tous les jours, de ne pas trop les chauffer (19 °C), de maintenir un certain taux d’humidité (50 %) et d’exclure le tabac.

Les bons stimulants
Pour affronter l’hiver, vous êtes de plus en plus nombreux à rechercher des médecines douces, naturelles, sans danger, efficaces pour toute la famille. Une bonne immunité n’est possible que si l’écosystème intestinal est bien équilibré; la participation des probiotiques est très importante, en particulier les souches de lactobacilles et bifidobactéries. Il existe en pharmacie des présentations spécifiques pour les jeunes enfants et les seniors.Les produits issus de la ruche fournissent de bonnes armes appréciées des grands et des petits : le miel est une précieuse source d'énergie et la gelée royale est un véritable concentré nutritif et revitalisant.

Les plantes immunostimulantes
L’échinacée alerte notre système immunitaire dès que les microbes commencent à proliférer dans la sphère respiratoire. D’où l’intérêt de la prendre dès les premiers signes d’une infection hivernale.Les fruits de l'acérola, de l’églantier (cynorrhodon) et de l'argousier sont riches en vitamine C naturelle. Ils fortifient le système d'autodéfense.La propolis optimise les réactions de l'organisme dans la lutte contre les agressions bactériennes, fongiques ou virales. Les plantes dites adaptogènes comme le ginseng, l'éleuthérocoque ou le pélargonium renforcent la résistance globale de l'organisme.  


SYMPTÔMES DES PATHOLOGIES HIVERNALES

L'hiver est la saison de tous les dangers. Ne laissez pas le froid vous surprendre et les microbes vous envahir. Dans la plupart des cas, et en l'absence de complications, les symptômes sont plus gênants que graves, il est possible de les soulager rapidement.

Le nez
« C’est un temps à ne pas mettre le nez dehors. » Exposé directement à l'air froid, le nez est souvent le premier à faire les frais des rigueurs de l'hiver. Le rhume et les rhinites aiguës pointent ainsi le bout de leur nez. Afin de débarrasser les fosses nasales des microbes et autres virus, et de stopper leur progression vers les sinus ou les oreilles, le premier geste est de faire des lavages avec du sérum physiologique ou de l'eau de mer. Pour prévenir l'infection ou combattre l'écoulement, faites des inhalations, suivies de pulvérisations avec un désinfectant nasal.

La gorge
Irritations, picotements, sensations de brûlures, la gorge s'enflamme facilement et un mal peut en cacher un autre. Le pharmacien vous aidera à faire la différence. Si vous avez du mal à avaler les aliments et si vous éprouvez une gêne à déglutir, vous souffrez d'une pharyngite aiguë. Si votre voix devient rauque avec un enrouement pouvant aller jusqu'à l'extinction de voix, pas de doute, c'est une laryngite. Quant à l'angine, c'est une inflammation douloureuse des amygdales, son traitement nécessite un avis médical en raison de ses complications parfois sérieuses.

Les bronches
La morsure du froid se fait aussi sentir au niveau des bronches. La chute des températures provoque une vasoconstriction au sein de l'arbre respiratoire, et vous ressentez une difficulté dans la poitrine. Le résultat est une inflammation de la muqueuse bronchique qui se manifeste d'abord par une toux sèche, puis par une toux grasse qui s'accompagne d'expectorations plus ou moins purulentes.  


LES PETITS AUSSI

Contrairement à l’opinion communément admise, la grippe affecte massivement les enfants: elle représente un facteur élevé de risque d'hospitalisation. En période épidémique, elle peut toucher un enfant sur trois contre, dans le même temps, un adulte sur dix. Elle atteint toutes les tranches d'âge mais surtout les enfants d'âge scolaire ou gardés en collectivité, à cause de la promiscuité.L'enfant est une source de dissémination importante et rapide du virus vers les autres membres de la famille : le taux de virus dans ses sécrétions nasopharyngées est élevé. Mais surtout, il est contagieux plus longtemps que l'adulte car le virus a une vie plus longue au sein de son organisme.Chez l'enfant jeune, les symptômes peuvent se confondre avec d'autres épidémies virales hivernales.Les principales complications sont les infections respiratoires, l'otite moyenne aiguë, et des atteintes pulmonaires.


L’AROMATHERAPIE, UNE ALLIEE POUR L’HIVER

La plupart des huiles essentielles (HE) ont un potentiel anti-infectieux et leur diffusion dans l’atmosphère permet de réduire la quantité de germes en suspension dans l’air et de prévenir les épidémies virales.Au top ten de l’hiver, HE de citronnier, de lavande fine, d’eucalyptus radié, de thym vulgaire; d’autres luttent plus contre les virus: HE de ravintsara, de niaouli, de tea tree. Les diffuseurs électriques par nébulisation à froid ou par évaporation par chaleur douce, ainsi que les sprays d’ambiance sont pratiques pour assainir l’atmosphère et lutter contre la contagion (Phytosun Aroms, Puressentiel, Arko Essentiel, Naturactive, Le Comptoir Aroma).Vous trouverez aussi les HE sous forme de sirops, sprays pour le nez ou la gorge, gommes à mâcher ou gouttes unitaires par voie orale. Demandez les conseils d’un pharmacien spécialisé en aromathérapie car la voie orale impose de nombreuses précautions d’emploi. Les complexes conseillés en pharmacie permettent de bénéficier de l’action conjointe de plusieurs HE sans risque d’effets secondaires.


LA GRIPPE

Les virus
Ils sont bien connus mais il ne faut pas négliger la présence d'autres virus responsables d'un tableau clinique presque identique. Les conseils du pharmacien restent indispensables car le début du syndrome grippal ressemble à celui d'un banal rhume. En l'absence de complications, le traitement est essentiellement symptomatique.

Les principales complications
Les plus redoutées sont les surinfections bactériennes, potentiellement graves quand il existe une maladie sous-jacente. Les pathologies les plus courantes sont les bronchites, les pneumopathies, les sinusites. Les otites moyennes aiguës (OMA) sont très fréquentes chez l'enfant grippé. D'autres complications plus rares peuvent survenir chez l’adulte comme une myocardite aiguë, des encéphalites, un œdème pulmonaire.  


À SAVOIR

On distingue deux types de virus:

- Les premiers sont les virus enveloppés, dont font partie les virus de la grippe (influenzae) et les virus para-influenzae. Ils sont fragiles et se transmettent par les microgouttelettes émises en toussant ou en éternuant: ils ont une survie limitée sur les objets et sur les mains.

- En revanche, les virus dits « nus »  sont capables de survivre plusieurs jours sur un support inerte. C'est le cas des rhinovirus et des adénovirus. D'où l'intérêt de désinfecter les locaux et de nettoyer les objets souillés par les mains et les projections de salives (poignées de porte, téléphone, portable).


CONSEILS DE PHARMACIEN

L’armoire à pharmacie de l’hiver.

• Fièvre, inflammation, douleur: paracétamol (en première intention), ibuprofène, aspirine.
• Maux de gorge: collutoires contenant un antiseptique associé ou non à un anesthésique local ou un anti-inflammatoire. Pastilles ou gommes à base d’extraits de plantes adoucissantes ou d’alpha-amylase anti-œdèmateuse.
• Toux: sirops ou sachets expectorants ou fluidifiants (toux grasse) ou antitussifs (toux sèche). Crèmes décongestionnantes à base d’eucalyptus.
• Nez infecté: soluté physiologique en dosettes, sprays d’eau de mer iso- ou hypertoniques, solutions nasales antiseptiques, inhalateurs de poche, produits pour inhalation.
• Fatigue: vitamine C, complexes multivitaminés, associations de plantes stimulantes (ginseng, guarana, kola).
• Autres solutions: l’homéopathie offre une alternative préventive et curative (Oscillococcinum®, Coryzalia®, doses d'Influenzinum 9 CH, L52 Lehning®, Paragrippe®).


CHRISTINE NICOLET
Octobre 2014

Bien être et Santé