Dermatite atopique

Dermatite atopique
Peau sèche, plaques rouges, démangeaisons… Comme beaucoup de bébés, votre bout de chou a une dermatite atopique. Une forme d’eczéma sans gravité, et qu’on peut soulager.
Comment ne pas s’inquiéter de voir de si jolies petites joues se couvrir de plaques rouges et rugueuses ? Surtout si l’on constate que ces lésions se propagent sur les bras et les cuisses ? Et que bébé souffre de démangeaisons ? D’ailleurs, que sont ces lésions cutanées ? Ces plaques sont la manifestation d’une dermatite atopique, ou eczéma du nourrisson. Près de 15 % des enfants entre 3 mois et 2 ans souffrent de cette maladie cutanée inflammatoire, non contagieuse, le plus fréquemment d’origine héréditaire. Dans 70 % des cas, un parent est lui-même atteint d’eczéma, d’asthme ou de rhume des foins. La dermatite peut s’associer à une intolérance alimentaire (œufs, protéines du lait de vache, arachide) ou à une allergie de contact (acariens, poil d’animal, pollen, produits de toilette, lessives ou adoucissants).

Direction consultation
La dermatite atopique se caractérise par une barrière cutanée « poreuse » qui laisse pénétrer polluants, allergènes ou microbes, ce qui va engendrer des réactions inflammatoires. Ces « poussées » d’eczéma sont séparées par des périodes d’accalmie plus ou moins longues. Les crises peuvent être rythmées par les éruptions dentaires, une situation stressante pour l’enfant ou les changements de température. Il est important de consulter dès l’apparition des premières plaques : un traitement précoce augmente les chances de guérison et diminue les risques de récidive, même à l’âge adulte. Pour calmer l’inflammation, le médecin prescrit des dermocorticoïdes à appliquer uniquement sur les lésions, selon un protocole (quantité et durée) précis. Le second volet du traitement consiste à restaurer la fonction barrière de la peau.

Une barrière moins perméable
Comment diminuer la sécheresse cutanée et restaurer une fonction barrière satisfaisante ? Grâce à l’application, au moins quotidienne, d’un émollient : sur tout le corps en période d’accalmie et sur les zones non rouges en cas de poussée. Son efficacité est optimale sur peau humide, après la toilette, qui se fait avec un syndet ou un savon surgras. Comment procéder ? Vos ongles sont courts, vos mains propres, vos bagues ôtées ? Chauffez l’émollient dans vos mains, puis étalez-le en massage doux, régulier, sans frictionner, sur le corps de l’enfant, en évitant les zones lésées ou suintantes.
En bref, le traitement de la dermatite atopique consiste à laver sans dessécher, graisser la peau au minimum une fois par jour et recourir aux dermocorticoïdes dès que nécessaire.


LE CONSEIL DU PHARMACIEN

Pour optimiser le traitement de la dermatite atopique de votre bébé, adoptez quelques gestes douceur simples.
• Prenez soin de bien couper les ongles de votre petit afin qu’il ne gratte pas les plaques, ce qui augmenterait l’inflammation.
• Préférez les vêtements et les draps de coton, lavés au savon de Marseille en paillettes et sans adoucissant.
• Lavez votre bébé avec un savon doux ou surgras. Bannissez les savons parfumés ou contenant des colorants. Vous pouvez aussi lui offrir un bain « gras » : dans l’eau à 36 C°, ajoutez une cuillerée à soupe d’huile de vaseline. Laissez-le barboter une dizaine de minutes puis séchez-le en tamponnant avec une serviette en coton.


Bien-être et Santé
Octobre 2015